Actu Lille

11èmes retrouvailles de la promo ISEN 62 à Lens et Lille ? 15 & 16/09/2022

 

"C?est avec grand plaisir que des rescapés de la 3ème promo de l?ISEN se sont retrouvés, pour la 11ème fois, cette année, pour le 60ème anniversaire (!) à Lens puis à Lille, grâce aux organisateurs, nos amis, les couples Poulain et Vandecandelaere.

Sur les 60 diplômés de juin 1962, 16 ont quitté notre bas monde, 8 ont disparu sans laisser de trace (sont-ils encore en vie ?), 14 ne sont plus intéressés par ces retrouvailles, ou ne répondent plus, 7  s?étaient excusés pour raison médicale, mais 15 anciens survivants s?étaient retrouvés, soit un groupe de 25 avec les épouses. Les 15 Anciens étaient répartis en 8 « Nordistes » et 7 « Parisiens, Bretons, Poitevin, Gaillacois, et Savoyard »).

 

Nos rassemblements avaient commencé en 2000 à Mirebeau, dans le Poitou, et s?étaient poursuivis à Lille (40ème anniversaire de l?ISEN), puis à Trégastel, à Hyères, à Gien, à Arcachon, à Embrun, à Royan, à Kayersberg, à Paris, avant un retour aux sources dans le Nord.

 

Nous nous sommes retrouvés au Lensotel le 15 en fin de journée. Les Lillois sont arrivés avec retard,  en grognant contre les embarras de la métropole lilloise.

« - Ah, Salut machin ! -  Comment çà va ? (Question à ne jamais poser, sous peine de se retrouver embarqué pendant une heure dans le club des Tamalous) - T?as pas changé ! (Menteur ..) »

 

Un cocktail généreusement pourvu en mises en bouche et en bouteilles de Vouvray nous fut servi, avant de déguster un délicieux dîner, lui aussi généreusement arrosé.

Le lendemain matin, petit déjeuner avant de partir vers le Louvre-Lens. Nous nous sommes retrouvés en autos individuelles au milieu d?anciens corons, sur une petite place improbable, en se demandant où pouvait bien être caché le Louvre. Mais sa découverte fut une agréable surprise.

Un bâtiment futuriste, très lumineux, abritant une collection de sculptures, peintures et objets antiques de grand intérêt, provenant  d?Europe, d?Egypte, du Moyen Orient, et  classées par ordre chronologique, de l?antiquité à la fin du 19ème siècle. Mais rien sur l?Asie, les Amériques et l?Afrique. Séparés en 2 groupes de 12, nous avons été accompagnés par des guides très compétentes, qui se sont concentrées sur quelques pièces parmi les plus intéressantes.

 

Le clou de l?exposition est le scribe assis, une sculpture en calcaire, cuivre et cristal de roche peint, découvert à Saqqarah, en 1850, par l?archéologue boulonnais Auguste Mariette. Nous nous sommes extasiés devant une magnifique sculpture grecque (femme nue), et fûmes surpris de découvrir une peinture du milieu du 19ème siècle représentant Bonaparte franchissant les Alpes. Ce n?est pas l?image d?Epinal de David peinte en 1802, représentant un Bonaparte flamboyant, mais un tableau de Paul Delaroche, peint en 1848, sans doute plus réaliste, représentant Bonaparte sur une mule, transis de froid. Nous avons découvert le reste du musée par nous-mêmes, mais le Musée mérite qu?on s?y attarde plus longtemps.

 

Le restaurant du site nous a accueillis et, après la traditionnelle photo de groupe, nous nous sommes dispersés : la plupart se sont retrouvés à Lille dans le quartier de la Catho, et un petit nombre est allé visiter un puits de mine et une brasserie. Nous n?avions pas le temps d?y aller tous.

Le quartier de la Catho a bien changé : quel trafic urbain ! Que de bâtiments neufs ! Que d?étudiants (environ 38 000 à la Catho !). La responsable culturelle de la Catho nous a présenté la chapelle rénovée. Nous avions gardé le souvenir de murs gris noirs, d?un sol dallé, d?un éclairage sombre, et là ce fut un choc : lumière, murs blancs, vitraux, dalles de marbre, mobilier moderne er fonctionnel, clavier de l?orgue au milieu de l?assistance (télécommande de l?orgue). Très impressionnant. Sur un mur, se trouve la fameuse prière écrite par Norbert SEGARD, et qu?il avait lu à Jean-Paul II en 1980. Nous avions eu la surprise de la découvrir également à l?intérieur de la basilique d?Embrun, au cours de notre rassemblement de 2014.

 

André Poulain nous entraina dans les dédales de la Catho, et nous nous sommes retrouvés à visiter HEI, une école au modernisme surprenant. La catho couvre maintenant, de manière ininterrompue, tout le quartier qui va de la rue du Port à la rue Norbert Segard, en longeant le boulevard Vauban. Des travaux pharaoniques sont en cours (on parle d?un investissement de 180 millions d??).  L?ancienne maison d?étudiant « Bébert » , en cours de rénovation, sera le siège de JUNIA. Nous avons en effet découvert que le curieux sigle d?YnCrea, regroupant ISEN Lille, HEI et ISA avait disparu et avait été remplacé par JUNIA. Donc, maintenant, ce sont JUNIA ISEN, JUNIA HEI, JUNIA ISA. Bon vent à ce nouveau sigle !

Le temps passant, et plusieurs camarades devant reprendre le train, notre visite s?acheva sans avoir eu le temps de visiter l?ISEN. Un comble ! mais ses bâtiments étant destinés à être détruits, il valait mieux voir ce que sont devenus nos anciens locaux,

Et nous nous sommes dispersés, regrettant un peu ces retrouvailles trop courtes, au cours desquelles aucune autre anecdote remarquable n?est digne d?être rapportée. En route vers le 12ème rassemblement !"

 

Yves Pinault (ISEN Lille 1962)